[DOSSIER] PLANETE INTERDITE

Test rédigé par Gallou.

Réalisation : Fred McLeod Wilcox.

Note du film : 15/20

Technique : 16/20

Synopsis : En 2257, le croiseur spatial C-57-D du commandant Adams se pose sur la planète Altaïr 4 pour secourir le Bellérophon un vaisseau d’exploration dont l’équipage n’a plus donné signe de vie depuis 19 ans.
Sur place, l’équipage ne découvre que deux survivants : le docteur Morbius et sa fille Altaïra, assistés de
Robby le robot. Ceux-ci lui apprennent qu’une mystérieuse force invisible a tué un à un tous les membres de l’expédition et que la planète recèle les derniers vestiges d’une civilisation hautement évoluée et disparue, les Krells.

Subtil mélange de psychologie et de science fiction, Planète Interdite ne vous laissera certainement pas indifférent. Certes, le côté kitch des années 50 pourra en freiner plus d’un et pourtant, cet aspect figure parmi les atouts de charme du film.

Basé sur un scénario terriblement original pour l’époque, Planète Interdite est devenu aujourd’hui une véritable référence en matière de SF, disposant en outre,   d’effets spéciaux plutôt spectaculaires et surtout très convaincants, quand on pense que le film date tout de même de 1956 !!! Autre point fort, les personnages sont sympathiques (cf mention spéciale au personnage du cuisinier) et attachants.

En fait, pour la petite histoire, la trame du scénario est inspirée d’une pièce de Shakespeare (La Tempête), et l’on peut facilement faire des correspondances entre les personnages de la pièce et ceux du film.

L’intrigue tend à mettre en place une critique de l’humanité et de la manière dont on peut utiliser la science. L’homme est-il bon ? Est-il capable d’user de la science à bon escient ou préfère t’il s’en servir pour asservir les siens, les contrôler ou les détruire ? Vaste débat que Fred McLeod Wilcox tentera à sa manière de mettre en lumière, en développant ici une vision franchement pessimiste sur la nature humaine. Sorti en pleine Guerre Froide et moins d’une dizaine d’années après le lancement des premières bombes atomiques, les hommes pressentent désormais que toute civilisation est mortelle et que tout progrès scientifique, social et culturel est illusoire car toute la raison du monde n’absoudra jamais cette part sombre en nous : la passion et ses excès… Planète Interdite est un jalon dans le cinéma de SF, quand celui-ci s’essaie à l’exploration de l’Homme et de son geste, sur son chemin entre deux abîmes vertigineux vers Dieu, ou vers la Bête…

Ici aussi, le grand contraste avec les films qui se faisait jusque-là c’est que pour la première fois, c’est au tour des terriens de voyager dans une soucoupe volante, moyen de transport jusque là réservé aux extra-terrestres. (cf par exemple : Le Jour où la Terre s’arrêta).

Cependant, le souci majeur du métrage réside dans son manque cruel de rythme. Préférant les longs discours à l’action pure, Wilcox fait un choix au risque de décevoir les spectateurs…

A noter également que l’on y retrouve, au tout début de sa carrière, le regretté Leslie Nielsen, qui vient tout juste de nous quitter. (Y-a-t’il un flic pour sauver la Reine ? et autres ZAZ).

Enfin, avec Planète Interdite, on retrouve certaines choses qui ont inspiré les futurs films SF, comme Robby le robot, qui ressemble à C-3PO et R2-D2, 21 ans avant leur apparition au cinéma; le titre du film qui inspirera celui de Star Wars par la suite (les lettres « aspirées » vers l’infini); des références reprise plus tard dans Star Trek etc…

Planète Interdite signe donc les prémices de la SF telle que nous la connaissons actuellement et en tant que précurseur, mérite son statut de film culte et de classique instantanée de la science fiction.

Côté technique, le blu-ray rend le plus bel hommage possible à cette oeuvre. Les couleurs sont magnifiques, les images bien détaillées et le son de haute volée.

Planète Interdite est le premier film de science-fiction de la Metro Goldwyn Mayer à avoir bénéficié à la fois du Cinémascope et de l’Eastmancolor (une version améliorée du Technicolor et développée par Kodak), ce qui lui donne une stupéfiante impression de réalisme si on le compare à ses contemporains.

Lui offrant un budget conséquent, les dirigeants du grand studio hollywoodien ont l’ambition d’en faire un film sérieux et de l’écarter de l’éternelle estampille « série B » souvent réservée aux titres du genre.

Un film que je vous conseille de visionner, quelque soit votre âge car vous ne pourrez pas resté insensible à son charme très rétro… Bon visionnage et bonne découverte !!!

 

Publicités
Cet article, publié dans DOSSIERS, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour [DOSSIER] PLANETE INTERDITE

  1. maximus0223 dit :

    je me rappelle l’avoir vu étant gosse, et la créature m’avait foutu un de ces pétoche!!!

  2. axel141 dit :

    Ça à vieilli, beaucoup même, mais ça reste une des bases des films de SF, donc il faut le voir absolument !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s