[DOSSIER] SUSPIRIA

Réalisé par Dario ARGENTO

Test rédigé par Maître ROBIN

NOTE : 11/20

RESUME

Une jeune new-yorkaise (Jessica Harper) arrive dans une
prestigieuse école de danse allemande afin de parfaire son art.

Mais entre disparition inquiétante et meurtre sanglant,
l’américaine va rapidement déchanter…

LE MAGICIEN DE LA PEUR

On ne présente plus le réalisateur Dario Argento.
L’italien maintenant soixantenaire a acquis petit à petit la réputation de
maître de l’angoisse.

C’est que le transalpin ne fait pas dans la dentelle
niveau « slasher-movie ».

Sa filmographie comporte quelques bons films de genres (le
Chat à 9 queues, Quatre mouches de velours gris, L’oiseau au plumage de
cristal) mais aussi quelque navet digne de figurer dans le plus insipide des
potagers cinématographiques (le direct to vidéo Opéra).

Avec un père producteur (Salvatore) qui lui mit le pied à
l’étrier, et une fille underground et ténébreuse à souhait (Asia), la famille
Argento peut se targuer d’être un vrai clan de cinéphiles…..

LA CRITIQUE

Suspiria fait parti de ses films que j’avais vraiment
envie de découvrir en blu-ray.

D’autant plus que le film bénéficie d’un transfert très
satisfaisant, supervisé par le grand directeur de la photographie, Luciano
 Tovoli himself ! (Police, Nous ne vieillirons pas ensemble, Le dîner de
cons, Le placard, Les fugitifs, Le voyage du Capitaine Fracasse….)

Ce travail de restauration, assez probant, a pour but de
raviver les splendides tons de rouge, de jaune, de vert dont se parent l’œuvre
d’Argento, mais l’effet HD a également son côté néfaste en nous révélant
quelques supercheries cinématographiques, telles que la scène de la chauve
souris avec ses fils apparents, ou bien encore, de donner aux nombreuses
coulées de sang un aspect « tomato ketchup » des plus ratés !

Vous l’aurez bien compris, ici comme dans beaucoup
d’œuvre daté (Suspiria est de 1977) la « High definition » peut
servir comme desservir la noble cause, celle de réactualiser un film
ancien !

Et qu’on le veuille ou non, l’on est obligé de prendre en
compte tous ses paramètres lorsque vient le moment de rédiger sa critique, aussi
prestigieuse soit l’œuvre visionnée….

LE BILAN…

J’ai un avis plus que mitigé sur ce film de sorcières…

Il y a toujours eu chez le réalisateur Italien un côté
cinéma « naïf » et « désuet » auquel je n’ai adhéré que bien trop rarement.

Certes, cela peut s’expliquer par un flagrant manque de
moyen financier, mais je trouve sincèrement que la grande majorité de ses films
à pris un sérieux coup de vieux, pour ne pas dire un effet « naphtaliné » !

J’ai récemment vu Phenomena avec Jennifer Connelly, et
cette triste conclusion m’est apparue somme toute logique…

Bien entendu cette critique, s’applique à Supiria et à
contrario d’un film comme « the Thing » (1982), de John Carpenter,
qui à quant à lui extrêmement bien vieillit, l’effet du temps est simplement
dévastateur pour le film d’Argento qui subit de plein fouet, les affres du
temps….

Prenez par exemple l’héroïne, Jessica Harper, on se rend
compte tout de suite que son potentiel de danseuse est peu crédible, et ce
malgré toute sa bonne volonté. Ses séances de danse sont tournées avec un style
cache misère

De nos jours, on ferait appel à une doublure de talent
que l’on filmerait de dos ou au niveau des jambes (Black Swan avec Nathalie
Portman)

Autre point de friction, la musique signé Argento, elle
devient par moment agaçante du fait de sa redondance cyclique,
quand toujours pour comparer à Carpenter, celle-ci devient culte (Halloween,
New-York 1997, Jack Burton).

Malgré tous ses côtés négatifs, Suspiria n’est pas
désagréable à regarder, le scénario tient la route, car oui à cette époque, il
y avait un scénario dans les films.

Et sans passer un « grand » moment de cinéma on
ne s’ennuie que très rarement.

Contrat rempli donc pour le film du magicien de la
peur…..

LES BONUS

Une foultitude de Bonus accompagne le Blu ray de Suspiria :

Argento Connection (26 mn)

Argento vu par differents intervenants (26 mn)

Entretiens avec l’équipe du film (111 mn)

Emission de radio inédite consacrée à Claudio Simonetti (Bonus Audio)

Module sur la restauration (13 mn)

Publicités
Cet article, publié dans DOSSIERS, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s